John Slidell

Bibliothèque du Congrès, Washington, D.C.

(1793-1871) . Avant la guerre de Sécession, John Slidell a été diplomate pour le gouvernement américain. Pendant la guerre, il a servi le même rôle pour la Confédération.

Slidell est né à New York, New York, en 1793. Il est diplômé du Columbia College (plus tard de l’Université Columbia) en 1810 et s’installe en 1819 à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, où il pratique le droit et participe à la politique. Il a servi aux États-Unis. Chambre des représentants de 1843 à 1845, lorsque le président James K. Polk le nomme ministre au Mexique. Les États-Unis et le Mexique étaient au bord de la guerre à propos de la frontière contestée du Texas, et Slidell devait négocier un accord. Cependant, le gouvernement mexicain refusa de le recevoir et la guerre américano-mexicaine éclata en 1846. De retour aux États-Unis, Slidell représente la Louisiane au Sénat des États-Unis de 1853 à 1861.

Lorsque la Louisiane fait sécession de l’Union, Slidell se range du côté de la Confédération. Il devint ministre de la Confédération en France et fut envoyé outre-mer à la fin de 1861. Naviguant à bord du navire britannique Trent, lui et son collègue diplomate James M. Mason sont capturés par un navire de l’Union et emprisonnés à Boston. Cette saisie non autorisée, qui est devenue connue sous le nom d’affaire Trent, a provoqué une tempête de protestations en Grande-Bretagne et a failli conduire à une guerre entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. Sur l’insistance du président Abraham Lincoln, les deux hommes sont libérés en janvier 1862. Slidell continue en France, où il cherche sans succès à soutenir la Confédération.

Après la guerre, Slidell et sa famille ont vécu à Paris, en France, jusqu’au début de la guerre franco-prussienne en 1870. Slidell s’installe ensuite à Londres, en Angleterre, où il meurt le 29 juillet 1871.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.