Le lapin de Darwin révèle comment les animaux sont devenus immunisés contre la myxomatose

Ce n’est qu’au milieu du XXe siècle que les scientifiques ont envisagé d’utiliser le virus comme lutte biologique contre les lapins européens les plus sensibles qui sévissaient partout en Australie.

Les lapins ont été introduits pour la première fois en Australie en octobre 1859 lorsque le colon anglais Thomas Austin a relâché 24 animaux reproducteurs sur son domaine près de Melbourne. Il les avait présentés pour que les messieurs aient quelque chose à tirer pour le sport et a d’abord été félicité pour sa pensée avant-gardiste.

Mais les animaux se sont rapidement propagés et se sont élevés en nombre tel qu’en une décennie, des millions de lapins étaient piégés chaque année, avec apparemment peu d’impact sur leur nombre. Dès 1887, le gouvernement cherchait des moyens de contrôler les effectifs et de limiter les dommages causés aux prairies et aux pâturages.

En 1950, il a été décidé que le virus du myxome serait libéré pour contrôler la peste du lapin après que des expériences ont montré un 99.taux de mortalité de 8 % pour les personnes infectées. En moins de trois mois, la maladie s’est étendue sur des milliers de kilomètres, tuant des centaines de millions de lapins dans son sillage.

La maladie a été introduite illégalement en France lorsqu’en 1952 le Dr Paul-Félix Armand-Delille l’a utilisée sur son domaine privé pour éradiquer les lapins. En deux ans, la myxomatose avait anéanti 90% de la population de lapins en France.

Depuis le continent, la maladie a atteint le Royaume-Uni en 1953, où elle a de nouveau été utilisée comme agent de lutte biologique et aurait tué 99% des lapins du Royaume-Uni.

Renforcement de la résistance

Les problèmes sont venus des quelques lapins qui ont survécu à l’assaut, car leur résistance s’est rapidement étendue au reste de la population. Les chiffres ont recommencé à grimper.

Le fait que trois populations de lapins assez isolées aient toutes développé la capacité de résister à la maladie en si peu de temps offre une fenêtre intéressante sur l’évolution de cette immunité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.