Le phosphate de zinc en tant que ciment définitif pour les couronnes sur implants et les prothèses fixes

Introduction

Les couronnes et prothèses fixes sur implants peuvent être retenues par des vis ou du ciment. Il existe plusieurs types de ciment qui peuvent être utilisés pour cela. Le ciment au phosphate de zinc (ZOP) est utilisé en dentisterie depuis les années 1850 et est très familier aux dentistes.1 ZOP, cependant, a été traditionnellement utilisé comme ciment définitif pour les couronnes fixes et les prothèses partielles sur les dents naturelles. Le ciment ZOP a été fabriqué pour les prothèses partielles fixes et les couronnes dentaires. Ses propriétés peuvent ne pas convenir à la cimentation métal sur métal à ajustement passif dans les prothèses implantaires. Il peut s’agir d’un choix inapproprié pour la rétention à long terme de plusieurs prothèses implantaires. La solubilité du ZOP est une propriété nuisible bien connue.2 Cette propriété peut le rendre inapproprié pour le collage des surfaces métal sur métal ou d’oxyde métallique des butées de titane et de zircone sur l’intaille métallique ou d’oxyde métallique des couronnes et des dispositifs de retenue.

Le but de cet article est de discuter du ciment ZOP en tant qu’agent de nettoyage définitif pour les prothèses et les couronnes à implant fixe. Le consentement éclairé écrit pour le traitement, les photographies et la publication a été obtenu des patients pour cette étude.

Série de cas

Cas 1

Une femelle de 54 ans a été traitée avec une prothèse partielle fixe de petit diamètre sur implants au niveau des molaires mandibulaires droites. La prothèse partielle a été cimentée avec du ciment ZOP (taches). Après plusieurs années de fonctionnement sans incident, la prothèse s’est détachée au niveau des butées mésiales provoquant une surcharge de l’implant distal (Figures 1 et 2). Par la suite, l’implant distal s’est fracturé. L’apex de l’implant fracturé a été retiré, un implant court de plus grand diamètre a été placé et une nouvelle prothèse partielle fixe a été fabriquée et cimentée avec un ionomère de verre modifié par résine (RelyX, ESPE; 3-M, Neuss, Allemagne). Le patient fonctionne sans incident depuis 5 ans.

Figure 1 The mesial abutments zinc phosphate cement dissolved, and there was subsequent overload and fracture of the distal implant.

Figure 2 The fractured fragment was retrieved.

Cas 2

Un homme de 60 ans a été traité avec une prothèse partielle fixe fixée sur implants en ciment ZOP. La prothèse a fonctionné sans incident pendant 5 ans, mais le ciment a cédé au niveau de la butée mésiale, entraînant une rotation de l’implant distal sous charge, une ostéointégration lâche et une exfoliation (figures 3 et 4). Le site a été retiré une nouvelle prothèse partielle fixe sur implants cimentée avec un ionomère de verre modifié par résine (RelyX, ESPE). Le patient fonctionne maintenant sans incident depuis 7 ans.

Figure 3 Le ciment de phosphate de zinc de la butée distale s’est dissous en mettant plus de charge sur le implant mésial.

Remarque: Cela a entraîné une perte d’intégration et d’exfoliation de la restauration d’attelle fixe.

Figure 4 La butée mésiale a été perdue en raison d’une surcharge mécanique due à la dissolution du ciment de retenue de la butée distale.

Cas 3

En 2005, une patiente de 59 ans a eu un implant supportant une seule couronne et cimenté avec du ZOP. En 2016, le ciment s’était dissous et la couronne s’était délogée. La couronne et la culée ont été nettoyées et la couronne a été re-cimentée avec de l’ionomère de verre modifié par résine (RelyX, ESPE).

Discussion

Il n’y a pas de consensus quant au ciment le plus approprié pour les restaurations d’implants.3,4 Il existe même des variations de préférence dans et entre les écoles dentaires.3,4 Néanmoins, les écoles dentaires choisissent le plus souvent le ciment ionomère de verre modifié par résine (57%), mais le ZOP est toujours choisi pour environ 19% des cimentations. Le ZOP, entre autres ciments, est toujours enseigné dans 70% des écoles dentaires et dans les programmes d’enseignement supérieur.3,4 Selon une enquête, seulement 2% des dentistes cliniques en cabinet privé utilisent le ZOP pour conserver les couronnes d’implants.5 L’expérience pratique des cliniciens peut être la raison d’un tel écart.

Le ZOP est mélangé sous forme de composant en poudre incorporé dans un composant liquide. Le ZOP doit être mélangé pour une faible viscosité pour une cimentation définitive et une viscosité élevée pour une cimentation provisoire (spécification ANSI-ADA 8).6 L’épaisseur maximale du film ZOP doit être de 25 mm pour la cimentation de la couronne. Après 2 minutes de mélange, la viscosité du ciment augmentera considérablement. Le temps de prise du ZOP est de 5 à 9 minutes à 37 °C. Le temps de prise sera raccourci s’il y a incorporation rapide de poudre.3 Le mélange de ZOP est une réaction exothermique. Ainsi, un mélange lent incrémental est effectué pour augmenter le temps de prise et éviter une génération excessive de chaleur. Un mélange lent retarde la réaction exothermique. Le mélange sur une dalle de verre refroidie augmente le temps de prise et permet l’incorporation de plus de poudre produisant un ciment fixe avec de meilleures qualités de rétention et de compression. L’ajout d’eau au mélange, intentionnellement ou par condensation sur la dalle refroidie, raccourcira le temps de prise.3

Le ZOP rétrécit légèrement avec le réglage. Tout contact avec l’eau provoquera un gonflement du ciment réglé, mais ceci est suivi d’un retrait d’environ 0,05% jusqu’à 7 jours plus tard. Un retrait d’environ 0,3% se produira si le réglage se produit dans l’air. Alors que le ciment est très acide pendant le mélange, la neutralité est atteinte après environ 48 heures. Le ZOP est un bon isolant thermique et électrique, mais cela diminue dans des conditions d’humidité cliniques.3

Le constituant principal de la poudre de ZOP est l’oxyde de zinc, avec de plus petites quantités d’oxyde de magnésium, de dioxyde de silicium, d’oxyde de bore, d’oxyde et de sulfate de baryum et d’oxyde de calcium. Le fluorure d’étain peut être un additif dans certaines marques pour une libération chronique potentielle de fluorure. Le liquide de ciment comprenait de l’acide phosphorique aqueux à ~ 50% avec des composés tampons en petites quantités.3

Fondamentalement, la réaction de mélange est que l’oxyde de zinc réagit avec l’acide phosphorique pour former du ZOP:

Après 24 heures, la résistance à la compression de l’ensemble ZOP est de 80 à 140 MPa. La plus grande partie de la résistance à la compression finale est atteinte 1 heure après le mélange.

Le ciment ZOP a une rétention naturelle modérément bonne de la butée dentaire lorsqu’il est testé pour la rétention extractible.7 Une épaisseur de film mince et un ajustement intime du dispositif de retenue sur une dent naturelle sont souhaitables, et le film de ciment ZOP mince présente une bonne rétention pour les couronnes sur les dents naturelles.7

Le ZOP ne fonctionne pas bien comme ciment provisoire pour sceller une ouverture d’accès endodontique.8

Le sablage en creux des dispositifs de retenue et des butées, la conicité occlusale et les rainures internes de coupe dans les surfaces peuvent augmenter la résistance du ZOP ainsi que d’autres ciments.9

Le ZOP est généralement mélangé à la main, ce qui crée une variabilité du produit résultant et de ses propriétés.10 Dans des conditions de laboratoire, le ZOP peut facilement se désintégrer par rapport à d’autres types de ciments.11 Néanmoins, les affections buccales peuvent être beaucoup moins stressantes que les affections en laboratoire.

Une revue systématique des échecs cliniques des restaurations retenues avec des ciments ZOP, ionomère de verre, résine et eugénol d’oxyde de zinc (ZOE) a révélé que les restaurations ZOP perdaient le plus souvent leur rétention à l’exception de celles cimentées avec ZOE.12

En prosthodontie fixe sur implant, un ajustement intime de la retenue dans les prothèses partielles fixes n’est pas souhaitable.13 Un ajustement passif est plus approprié, de sorte qu’il n’y a pas de force de frottement latérale contre les implants de support provenant de dispositifs de retenue de la couronne bien ajustés (figure 5). Un ajustement passif signifie qu’il n’y a pas de frottement de butée axiale ou de pression des couronnes de retenue. Le frottement ou la pression de la butée inter-implantaire peut induire une perte osseuse marginale en appuyant le support de l’implant contre l’os enveloppant.13 L’implant pressant peut induire une nécrose sous pression de l’os environnant, en particulier de l’os cervical, et induire une périimplantite.13 Ainsi, l’entaille des couronnes de retenue ne doit pas s’appuyer contre les parois axiales inter-implantaires des butées. Un ajustement passif est obtenu en fabriquant un espace entre l’intaille de la surface de retenue et la surface de butée (figure 5). Cet espace peut minimiser la qualité de rétention du ciment ZOP. Parce que l’épaisseur optimale du film de ZOP est de 25 microns, cet espace rendra le ZOP réglé beaucoup plus épais et réduira ainsi les qualités fonctionnelles du ZOP.14

Figure 5 Les restaurations fixes implantées sont fabriquées pour un ajustement passif.

Remarques: Cela signifie qu’il n’y a pas de fixation en creux de la retenue contre la surface de la butée. De plus, il y aurait un espace entre l’intaille de la retenue et la surface de butée. L’espace intercalaire et tout espace marginal peuvent exposer le ciment aux fluides buccaux et entraîner la dissolution d’un ciment soluble. Si le ciment se dissout sous une butée et que l’autre retenue est maintenue par le ciment, il peut y avoir une surcharge de l’autre implant de support. Cela peut entraîner une perte d’intégration.

Le rapport poudre / liquide de ZOP peut influencer de manière significative la quantité d’excès de ciment marginal.15 Néanmoins, le ZOP est le plus facile à retirer des piliers en titane par rapport à de nombreux ciments.15

Un point bénéfique de ZOP est sa radio-opacité qui permet une élimination scrupuleuse de l’excès.16 Il est nettement plus radio-opaque que n’importe lequel des ciments résineux.16 En effet, de nombreux ciments résineux ne sont pas détectables sur les radiographies.16 Cependant, les ciments d’oxyde de zinc, contenant de l’eugénol ou du non-eugénol, sont plus radio-opaques que le ZOP.16

Le ZOP peut avoir des propriétés de rétention très efficaces, en particulier lorsque la butée est sablée avec de l’oxyde d’aluminium de 5 mm.17 Néanmoins, la nature fragile du ZOP peut ne pas en faire le ciment définitif le plus approprié pour les prothèses implantaires.3,4

L’écart marginal maximal acceptable pour les couronnes et les dispositifs de retenue sur les piliers de l’implant est de 250 mm. Cela signifie généralement qu’il peut y avoir une marge ouverte entre la marge de la couronne et la marge de la culée. Cet espace permet aux fluides salivaires d’accéder au ciment. Comme il y a un espace intégré en taille-douce fabriqué pour un ajustement passif, il peut y avoir une dissolution du ciment au fil du temps. L’espace peut permettre un accès plus important et continu au fluide au ciment à mesure qu’il se dissout. La perte de rétention du ciment entraînera une butée lâche. Une butée lâche dans une prothèse partielle fixe à unités multiples imposera plus de charge et de rotation sur les unités cimentées restantes, risquant ainsi de perdre l’intégration.

La dissolution du ciment ne peut être importante que dans les prothèses partielles fixes à unités multiples. La dissolution du ciment en unités individuelles n’implique une rec cimentation que si le patient n’avale pas ou n’aspire pas la couronne. Comme le ZOP est soluble dans l’eau, il peut s’éroder avec le temps à partir des marges de la couronne.2 Ainsi, au fil du temps, un dispositif de retenue de la couronne risque de se déloger. Le ZOP ne scelle pas les marges des dispositifs de retenue de la couronne d’implant en zircone, tout comme le ciment résineux.18,19 Ainsi, le ZOP peut ne pas être approprié pour les couronnes d’implants en zircone.

La rétention de toutes les couronnes cimentées sur les piliers de l’implant est influencée par le nombre et la position des parois axiales des piliers, ce qui augmente la rétention des prothèses fixes.20 Plus il y a de butées en position parallèle mais hors linéaire, plus il y a de retenue.21 L’augmentation de la hauteur de la butée ajoute à la rétention, mais le type de ciment affecte la rétention plus que la hauteur de la butée.22

Le ciment résineux peut favoriser le développement de la suppuration et la croissance des agents pathogènes parodontaux plus que certains autres ciments.23 Puisque le ZOP est soluble, cela peut le rendre moins susceptible d’induire une périimplantite car il serait dissous par des fluides intrasulculaires avant que des effets néfastes ne puissent se produire. Le ciment de résine est le ciment le plus rétentif, mais le ZOP est plus rétentif que les ciments d’ionomère de verre et d’eugénol dans les prothèses sur implants.14,24

Conclusion

Comme les prothèses partielles fixes implantées ont un ajustement passif, il y a un espace nécessaire entre la butée et l’entaille du dispositif de retenue pour éviter une poussée contre les implants de support. Une épaisseur de film mince est souhaitable pour la rétention de ZOP sur les dents naturelles, mais ce n’est pas le cas avec les piliers implantés. Parce qu’il existe des lacunes internes et marginales métal sur métal, la solubilité du ZOP est une responsabilité. L’espace expose le ciment aux fluides buccaux. Si le ZOP est utilisé comme ciment définitif dans les prothèses partielles fixes implantées à unités multiples, il existe un risque de dissolution du ciment ZOP. La dissolution du ciment d’un ou plusieurs dispositifs de retenue dans une prothèse partielle fixe à unités multiples entraînerait un transfert de la charge occlusale aux unités retenues restantes. Il y aurait également une force de rotation des implants retenus par le ciment, de sorte que les charges occlusales et parafonctionnelles seraient supportées par les implants retenus par la butée. Il y aurait donc un risque important de rotation préjudiciable, de surcharge et de perte d’intégration. Le ZOP peut ne pas être indiqué pour les prothèses partielles ou les attelles fixes implantées. La dissolution du ciment en unités individuelles n’implique probablement qu’une re-cimentation, si le patient n’avale pas ou n’aspire pas la couronne. Ces rapports de cas ne sont pas des preuves de grande crédibilité. Il existe de meilleurs ciments contemporains que le ZOP comme ciment définitif pour les prothèses dentaires à implant fixe. Des tests contrôlés randomisés en aveugle sont nécessaires pour obtenir des preuves définitives.

Divulgation

L’auteur ne signale aucun conflit financier ou d’intérêts dans ce travail et dans tout produit mentionné dans les présentes.

Corne HR. La cimentation des couronnes et des prothèses partielles fixes. Dent Clin Nord Am. 1965;23:65–81.

Dupuis V, Laviole O, Potin-Gautier M, Castetbon A, Moya F. Solubility and disintegration of zinc phosphate cement. Biomaterials. 1992;13(7):467–470.

Wadhwani CPK, editor. Chapter 4: Implant luting cements. In: Wadhwani CPK, Schwedhelm ER, Tarica DY, Chung K-H, editors. Cementation in Dental Implantology – An Evidence Based Guide. New York: Springer; 2015:47–82.

Wadhwani CPK, editor. Chapter 5: Residual excess cement detection. In: Wadhwani CPK, Schwedhelm ER, Tarica DY, Chung K-H, editors. Cementation in Dental Implantology – An Evidence Based Guide. New York: Springer; 2015:83–99.

Christensen GJ. Implant cements: avoiding failure and creating success. Clin Rep. 2016;9(9):3–4.

American National Standards Institute . ADA Specification 8. Available from: https://ANSI.org. Accessed June 9, 2016.

Garg P, Gupta G, Prithviraj DR, Pujari M. Rétentivité de divers agents de luting utilisés avec des prothèses implanto-supportées: une étude préliminaire in vitro. Prosthodonte Int J. 2013;26(1):82–84.

Aledrissy HI, Abubakr NH, Ahmed Yahia N, Eltayib Ibrahim Y. Microleakage coronal pour matériaux de remplissage temporaires prêts à l’emploi et mélangés à la main. Iran Endod J. 2011; 6(4): 155-159.

Lewinstein I, Bloc L, Lehr Z, Ormianer Z, Matalon S. An in vitro assessment of circumferential grooves on the retention of cement-retained implant-supported crowns. J Prothèse Dent. 2011;106(6):367–372.

McKenna JE, Ray NJ, McKenna G, Burke FM. L’effet de la variabilité du rapport poudre / liquide sur la résistance du ciment phosphate de zinc. Int J Dent. 2011;2011:679315.

Gemalmaz D, Pameijer CH, Latta M, Kuybulu F, Alcan T. Désintégration in vivo de quatre agents de luting différents. Int J Dent. 2012;2012:831508.

Wittneben JG, Millen C, Brägger U. Performance clinique des reconstructions à support implantaire fixe retenues par vis par rapport au ciment – une revue systématique. Implants Maxillo-Faciaux Int J Oraux. 2014; 29 (suppl): 84-98.

Sangeetha A, Padmanabhan TV, Subramaniam R, Ramkumar V. Analyse par éléments finis des contraintes dans la prothèse fixe et la couche de ciment à l’aide d’un modèle tridimensionnel. J Pharm Bioallied Sci. 2012; 4 (complément 2): S384-S389.

Pattanaik BK, Nagda SJ. Une évaluation de la rétention et de l’assise marginale des restaurations moulées en alliage Ni-Cr utilisant trois ciments de luting différents: une étude in vitro. Indian J Dent Res. 2012; 23 (1): 20-25.

Behr M, Spitzer A, Preis V, Weng D, Gosau M, Rosentritt M. The extent of luting agent remnants on titanium and zirconia abutment analogs after scaling. Implants Maxillo-Faciaux Int J Oraux. 2014;29(5):1185–1192.

Wadhwani C, Hess T, Faber T, Piñeyro A, Chen CS. Une étude descriptive de la densité radiographique des ciments restaurateurs implantaires. J Prothèse Dent. 2010;103(5):295–302.

Al Hamad KQ, Al Rashdan BA, Abu-Sitta EH. Les effets de la hauteur et de la rugosité de surface des piliers et du type de ciment sur la résistance de liaison des restaurations d’implants retenus par le ciment. Clin Implants oraux Res. 2011; 22 (6): 638-644.

Schäfer L, Winkler C, Brandl G, Eckl S, Preis V, Behr M. L’impact des agents de luting et de la rigidité des piliers implantaires sur l’adaptation marginale, l’écaillage et la résistance à la rupture des couronnes en zircone. J Mech Se comporte Biomed Mater. 2014;39:279–291.

Rungruanganunt P, Kelly JR. Insights into « bonding » of all-ceramics influenced by cement, sandblasting and water storage time. Dent Mater. 2012;28(9):939–944.

Tan KM, Masri R, Driscoll CF, Limkangwalmongkol P, Romberg E. Effet de la modification de la paroi axiale sur la rétention des couronnes implanto-retenues par le ciment. J Prothèse Dent. 2012;107(2):80–85.

Mayanagi G, Igarashi K, Washio J, Nakajo K, Domon-Tawaraya H, Takahashi N.Évaluation du pH à l’interface bactéries-ciment dentaire. J Dent Res. 2011; 90 (12): 1446-1450.

Worni A, Gholami H, Marchand L, Katsoulis J, Mericske-Stern R, Enkling N. Récupérabilité des couronnes sur implants lors de l’utilisation de trois ciments différents: un essai clinique contrôlé. Prosthodonte Int J. 2015;28(1):22–29.

Korsch M, Marten S-M, Dötsch A, Jáuregui R, Pieper DH, Obst U. Effet des ciments dentaires sur la communauté microbienne péri-implantaire: comparaison des communautés microbiennes habitant le tissu péri-implantaire lors de l’utilisation de différents ciments de luting. Clin Implants oraux Res. 2016; 27 (12): e161–e166.

Güncü MB, Cakan U, Canay S. Comparaison de 3 agents de luting sur la rétention de couronnes implantées sur 2 piliers différents. Dent d’implant. 2011;20(5):349–353.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.