Projet de loi présenté pour rendre les suppléments déductibles d’impôt

De l’Utah, siège de nombreuses entreprises de compléments alimentaires, vient un projet de loi visant à rehausser le profil — et le statut fiscal — des produits sains avec des allégations de santé approuvées par la Food and Drug Administration des États-Unis.

Le Représentant Chris Cannon, R-Utah, a présenté la Loi sur la Parité Fiscale des Compléments Alimentaires et des Substituts de Repas sains (HR 1545) le 12 avril. Le projet de loi modifierait le code des impôts des États-Unis pour traiter le coût de ces produits approuvés comme des frais médicaux. Cela permettrait à l’Internal Revenue Service de considérer ces dépenses comme déductibles au titre des comptes d’épargne-santé.

?Malheureusement, lorsque nous parlons de notre santé, nous nous concentrons souvent sur le traitement plutôt que sur les mesures préventives,? dit Cannon dans un communiqué. ?Faire tout ce que nous pouvons pour encourager les individus à bien manger et à faire de l’exercice conduira à une population en meilleure santé, ce qui entraînera des soins de santé moins coûteux pour nous tous.?

Pour être admissibles à la déduction, les substituts de repas doivent être faibles en gras et constituer une bonne source de protéines, de fibres et de multiples vitamines et minéraux essentiels.

?Ce projet de loi a gagné?t résoudre toute notre nation?s problèmes de santé, mais étude après étude a montré que les compléments alimentaires et les substituts de repas faibles en gras favorisent un mode de vie sain et diminuent l’obésité,? Cannon a dit.

Marchandiseur d’aliments naturels volume XXVI / numéro 6/p. 12

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.